L’éducation de demain, le e-learning.

Par Joel de Rosnay

Education du futur : le e-learning

 

Votre définition de la société du savoir est une société dans laquelle les jeunes enseignent aux plus âgés. Qu'est-ce que ceci implique pour les enseignants ?

 

Nous sommes passés d'une société de nature industrielle dans laquelle nous produisions des objets à une société dans laquelle nous produisons des connaissances et des savoirs. Dans le contexte de cette accélération de la production d'informations, il y a une nécessité pour chaque individu de trouver et utiliser les informations pertinentes. Ceci implique de trouver une forme d'enseignement différente de celle que nous avons connue par le passé, l'enseignement linéaire (un professeur enseignant à des élèves dans une classe). Il faut que nous engagions une politique à effet boule de neige, que nous fassions de la "co-éducation". La participation à ce processus d'enseignement doit être élargie à d'autres personnes que les enseignants : les retraités qui ont un certain savoir-faire, les professionnels qui travaillent dans les entreprises et peuvent transmettre leur savoir et les jeunes qui ont une maîtrise des nouvelles technologies. [...]

Nous n'utilisons pas suffisamment ces jeunes comme vecteur de connaissances. Au lieu de cela, ils doivent réaliser une véritable course d'obstacles pour passer à travers le système éducatif.

Et l'individu… Dans cette nouvelle société du savoir et des nouvelles technologies, il est face à une surabondance d'informations et peine parfois à s'y retrouver. Comment ne pas être noyé ?

 

C'est justement cela que les enseignants doivent transmettre aux élèves. Leur donner des outils, les aider à trier l'information. Leur permettre de construire cette chaîne multidimensionnelle : les données, dont il faut conserver les vraies informations, qui construisent des savoirs formant à leur tour des connaissances. C'est justement l'art du professeur que d'aider à intégrer les différents éléments de la chaîne.

 

Comment le e-learning va-t-il se développer ?

 

Toutes les études montrent que le e-learning va se développer de manière très importante. Nous avons identifié 40 à 50 start-ups aux Etats-Unis présentes sur ce marché et proposant des "packages" personnalisés : les entreprises sont le fer de lance de ce mouvement. Elles mettent en place des solutions fondées sur leur intranet ou créent des "e-corporate universities", des universités d'entreprise sur internet. Le deuxième marché est le public en formation dans les écoles. Et le troisième est celui du grand public qui cherche une formation à la carte dans tous ces domaines.

Extrait d'une interview réalisée par Madeleine Von Holzen pour le site SwissUp, Janvier 2002.

Vous vous questionnez sur le e-learning ?

L' article suivant vous transmet des informations sur les avantages des cours e-learning qui  permettent une flexibilité illimitée du lieu, des horaires et developpent les capacités d´analyse de l´étudiant.

Dans quelques années, les cours en ligne supplanteront les cours à domicile... Les plus grandes écoles et universités proposent désormais des doctorats à distance.
Les meilleurs enseignants ne seront pas ceux spécialisés dans un seul domaine mais ceux qui s´adapteront à la demande des étudiants en donnant des cours dans plusieurs matières. Les autres seront remplacés progressivement par des robots qui effectueront une tâche précise. Il est plus difficile de programmer un robot pour effectuer des tâches complexes.

Dans les années qui viennent, l'intelligence artificielle permettra d'exploiter les données de manière plus complexe pour développer un enseignement sur mesure. La flexibilité cérébrale se cultive par un apprentissage intellectuel de la même manière que nous le faisons avec notre corps.

La révolution du e-learning dans l´enseignement

Everywhere education :

Plus besoin d´aller dans une classe pour apprendre ( perte de temps par les transports). Les tablettes et les smartphones assurent le relais entre les apprenants quel que soit le lieu. Il s´ agit du mobile learning.

 

Sharing teaching :

Les enseignants doivent s´adapter aux étudiants pour partager leur savoir en ligne et ce dans plusieurs domaines. Il s´agit d´une perpétuelle remise en question des connaissances du coach ou du formateur dont les meilleurs seuls resteront. Le modèle fermé de l´enseignement classique est rompu.

 

Active learner :

L´apprenant aspire à vivre une expérience plus riche que dans un système classique. Au delà des cours en ligne, il emmagasine des informations de différentes sources numériques  et d´expériences intéractives pour créer sa pensée propre. L´apprenant devient acteur et augmente ses capacités cognitives indispensables à sa réussite.

Demain la sociéte sera numérique...

Class-success.net : cours en ligne

Section Title

Dans moins de vingt ans, les entreprises  baseront leur énergie  uniquement sur des systèmes innovants interconnectés. Seules celles dont la hiérarchie ne sera plus pyramidale réussiront à transmettre de manière latérale leurs services enrichis d´empathie et de générosité. L´heure n´est plus au stockage de biens matériels pour  l´entreprise  mais à la transmission d´informations et de savoirs vers d´autres structures qui la partagent à leur tour. Ce flux  d´informations concentrique provoque un escalier d´échanges exponentiels vers une distribution plus précise des savoirs,  d´où une  communication constructive et un meilleur résultat. Les futures entreprises sont des plateformes numériques avec un management en free- lance.  Elles font appel à des personnes spécifiques recrutées non par un contrat de travail classique qui assujetit le salarié à une surveillance constante d´une hiérarchie incapacitante, mais avec un mandat entre un donneur et un receveur de services . Les humains sont augmentés par leur capacité d´adaptation donc leur liberté d´action. Il n´y a plus de frontière pour ces managers. L´intelligence collective réunit par des systèmes numériques innovants une culture créatrice de bien être pour son évolution. L´éducation nationale comme les autres systèmes hiérarchiques sont donc voués à l´échec à court terme et disparaitront pour laisser place au lien social latéral.

"Estimer correctement son degré d’ignorance est
une étape saine et nécessaire."
Hubert Reeves.

Des clés pour motiver les étudiants : un dossier complet à lire sur la page du site "métiers".

Leçon de vie entre un enseignant et des étudiants en trois minutes !
Pragmatique et convainquant.

leon-laulusa-directeur-general-delegue-escp.webp

Une plus grande inclusivité 

 

Léon Laulusa, directeur général délégué d’ESCP

Les plateformes en ligne permettent à l’étudiant d’avoir accès au contenu de son établissement, mais également de dépasser les frontières sans quitter sa chaise de bureau, pour assister à des cours d’autres campus de son école ou même aux cours d’autres écoles partenaires. « La mobilité virtuelle apporte bon nombre de possibilités. Je commence mes cours à Paris, puis j’enchaîne à Berlin, à Madrid, à Turin avant de finir en faisant ma soirée virtuelle à Londres », s’enthousiasme Léon Laulusa, directeur général délégué d’ESCP.

Une souplesse impérative dans certains pays, rebondit Thibaut Duchêne. « À Madagascar où nos cours sont également dispensés, il est très difficile pour un étudiant de se déplacer en raison du manque d’infrastructures. Dans certains pays en voie de développement, le numérique est une vraie forme de démocratisation. »

S’imposer sur la scène internationale

Grâce aux plateformes en ligne, les étudiants français peuvent suivre des cours partout dans le monde et inversement, des étudiants étrangers peuvent étudier avec des institutions françaises. Dans ce large marché, les établissements de l’hexagone ne sont pas seuls et font face à la concurrence internationale.

Mais se démarquer peut être difficile, lorsqu’il s’agit de formats en ligne. « Plusieurs questions se posent. Dans notre cas : pourquoi aller à EMLyon et pas ailleurs ? Quelle est la signature de cet établissement ? Et surtout, comment faire en sorte que cette spécificité se ressente en distanciel ? », énumère Annabel-Mauve Bonnefous, doyenne des programmes à l'EM Lyon.

annabel-mauve-bonnefous-doyenne-programmes-emlyon.webp

Au cœur du basculement en distanciel de l’X avec Latifa Berkous, ingénieure pédagogique

latifa-berkous-jeremy-barande.webp

Au cœur de l’action en tant qu’ingénieure pédagogique et membre de la cellule d’e-learning de l’X École Polytechnique, Latifa Berkous fait un premier bilan du distance learning pour Campus Matin.

A partir de quel jour 100 % de vos cours ont-ils été disponibles à distance ?

À partir du 23 mars. La semaine précédente a été consacrée à la formation des enseignants, à raison de 3 à 4 sessions par jour, nous avons organisé des sessions sur la transposition d’un cours en numérique, la prise en main d’un logiciel pédagogique et la façon de favoriser l’interactivité sur Moodle. 20 à 25 professeurs pouvaient s’inscrire à des webinaires de 90 minutes. Nous avons également assuré un accompagnement individuel pour répondre à des demandes ponctuelles.

Après l’annonce du 16/03, nous avons travaillé le vendredi et le week-end pour une programmation assez serrée, qui concerne 770 enseignants, la plus optimisée possible. Cela a représenté une grosse charge de travail, il a fallu prioriser en fonction du démarrage des cours.

 

Expertise de conception et animation de classes virtuelles :

Les sessions de travail ont été organisées sur Zoom, un outil qu’on utilise depuis deux ans environ pour faire la liaison avec les pays asiatiques, notamment la Chine, pour la pré-admission au programme bachelor et pour dispenser des classes virtuelles de programmes déjà en ligne. C’est dans la création d’un parcours SPOC (small private online course, c’est-à-dire un cours en ligne en petit comité), dédié aux énergies renouvelables, que nous avons affiné cette expertise de conception et animation de classes virtuelles. Nous avions alors pu filmer les enseignants sur le campus, mettre les cours en place, tout ceci de façon plus sereine.